×

Live, votre actualité SEIC-Télédis

7 sept. 2018

Finhaut mise sur une énergie locale et durable

Dans l’air depuis quelques années, le projet de chauffage à distance se concrétise aujourd’hui au cœur de la commune avec l’appui de SEIC-Télédis. Une vingtaine de bâtiments communaux et privés seront chauffés d’ici 2020 grâce à du bois de la région.

«Les travaux en cours depuis quelques mois sont l’aboutissement d’un long travail de réflexion mené par les autorités communales depuis une dizaine d’années», lâche Pascal May, président de Finhaut. Après une première étude du Centre de recherches énergétiques et municipales (CREM) de Martigny en 2012, puis une étude de faisabilité deux ans plus tard, le dossier du chauffage à distance (CAD) est passé à la vitesse supérieure l’an dernier avec le feu vert du conseil communal pour sa mise en œuvre. 

Accueil favorable de la population

Sondées ce printemps sur leur intérêt à se raccorder au réseau de chauffage à distance, les personnes résidant dans le secteur concerné – entre le centre sportif et l’église – se sont quasi unanimement déclarées intéressées par le projet. Résultat: la commune a décidé de prendre à sa charge le raccordement de leurs bâtiments. «Nous voulions encourager les habitants à passer à une énergie propre. Même si tous ne remplaceront peut-être pas immédiatement leur chaudière à mazout par exemple, leur logement est déjà prêt pour être raccordé. Cela limitera d’autant plus l’investissement nécessaire de leur part.»

Centrale construite l’an prochain

Sur le terrain, les équipes de SEIC-Télédis  ont profité du chantier de mise en séparatif des eaux pour installer la majeure partie des conduites du futur réseau de chaleur. «Il s’agit là de la première étape, détaille Michaël Terreaux, ingénieur chargé de projet au sein du Groupe SEIC-Télédis. La construction de la centrale de chauffe interviendra l’an prochain, de même que l’extension du réseau à proximité. Le nouveau CAD devrait ainsi être opérationnel début 2020.» Après une phase de densification, le réseau desservira une vingtaine de bâtiments privés et communaux, dont le centre sportif, l’école, ou encore l’église.

Utilisation des plaquettes forestières du Triage

Plus de 3000 m3 de bois de la région, en provenance du Triage forestier Martigny-
Vallée du Trient, seront nécessaires au fonctionnement de l’installation. «Cette source d’énergie est non seulement plus écologique que le mazout, mais elle est surtout indigène, insiste Pascal May, par ailleurs président du triage en question. C’est aussi une manière pour la commune de soutenir l’économie et les emplois locaux.» Autre avantage des plaquettes forestières par rapport à d’autres énergies fossiles ou aux pellets, leur prix est nettement plus bas et peu sensible aux fluctuations du marché, ce qui garantit une maîtrise des coûts sur le long terme.

3,5 millions d’investissement

Pleinement en phase avec la stratégie énergétique communale, qui vise à faire de Finhaut un village durable en misant sur les énergies renouvelables, ce projet est chiffré à 3,5 millions de francs. Un investissement soutenu par le canton dans le cadre du Programme Bâtiments. «Si le montant des subventions n’est aujourd’hui pas encore arrêté, nous espérons qu’il s’approchera du demi-million de francs», ajoute Pascal May, ravi par ailleurs que toutes les démarches administratives de demandes de subventions et de coordination du projet soient pilotées par SEIC-Télédis.
 

 

Retour

 
;